6 décembre 2020 à 15h30 – Théâtre Saint-Louis
Café-concert à 14h30 – Présentation Frédéric Morando

 

Trio Zadig

Trio violon, violoncelle, piano

  • Beethoven : opus 70 no.2
  • Attahir : Asfar

  • Mendelssohn : Trio no.1

Récompensé par onze prix internationaux, le Trio Zadig captive le public par sa virtuosité, son élégance, et son enthousiasme irrésistible. C’est dans l’amitié que le Trio Zadig puise toute sa force et son authenticité. Boris Borgolotto et Marc Girard Garcia, véritables amis d’enfance, ont étudié ensemble au Conservatoire National Supérieur de Paris, puis à l’Université de Musique de Vienne. De retour en France, leur route croise celle d’Ian Barber, pianiste américain issu de la classe d’André Watts à l’Université d’Indiana. Entre eux, le courant passe immédiatement, et ils décident d’unir leurs talents pour fonder le Trio Zadig.

Le nom du trio a été choisi d’après le personnage éponyme de Voltaire : Zadig (de l’Hébreu « le juste » et de l’Arabe « le vrai »). En quelques années, il remporte de nombreuses distinctions, dont le Premier Prix du Concours de la Fnapec – dans les pas d’ensembles renommés comme le Quatuor Ysaÿe, le Quatuor Ebène et le Trio Wanderer – et le Deuxième Prix du Concours Fischoff aux Etats-Unis. Aujourd’hui résident « artiste associé » de la Chapelle Reine Elisabeth, il est aussi résident de ProQuartet, de la Fondation Singer-Polignac à Paris et de « Le Dimore del Quartetto » en Italie. Le Trio Zadig se produit aujourd’hui dans le monde entier, des Etats-Unis à Taïwan, dans des salles prestigieuses comme le BOZAR de Bruxelles, le Shanghai City Theater, l’Eslite Hall de Taipei, le Bridgewater Hall de Manchester, la Salle Cortot, le Concertgebouw à Amsterdam, la Philharmonie de Paris… Il fait également ses début en soliste avec orchestre au Walt Disney Hall à Los Angeles. En parallèle, le Trio rencontre de grands artistes qui contribuent à l’épanouissement de son expression musicale : Menahem Pressler et Alfred Brendel. Le Trio Zadig sort en mars 2019 son premier album « Something in Between » (ffff Télérama) en hommage à ses racines franco-américaines, en collaboration avec Benjamin Attahir et Bruno Fontaine. L’ensemble continue également à s’impliquer dans des projets à portée humanitaire et sociale, notamment en donnant des concerts dans des écoles et des centres de rétentions.

Share This