Ravel, la pudeur au souffle inouï

 

8 Octobre 2017 à 15h30 – Théâtre Saint-Louis
Café concert à 14h30

 

Romain Descharmes, piano

Pierre Fouchenneret, violon

 

  • Ravel : Sonate pour Violon et Piano
  • Debussy : Sonate pour Violon et Piano CD.148
  • Franck : Sonate pour Violon et Piano FWV.8

 

Romain Descharmes

Né en 1980, Romain Descharmes se voit décerner en 2006 le Premier Grand Prix lors du Concours International de Dublin.
Il se produit alors en récital sur plusieurs scènes prestigieuses : Carnegie Hall à New York, Wigmore Hall à Londres, National Concert Hall à Dublin, Tsuda Hall à Tokyo.

Il est invité aux USA, au Canada, en Angleterre, Irlande, Italie, France, Japon, Chine avec notamment le Midland Symphony Orchestra, le National Symphony Orchestra of Ireland, l’Orchestra del Lazio ainsi que le Shanghai Philharmonic Orchestra.

En mai 2012, il fait des débuts remarqués avec l’Orchestre de Paris, qui le réinvite pour des concerts dans la saison 13/14.

Il donne également de nombreux concerts dans des festivals aussi réputés que Piano aux Jacobins, le F

estival de Radio France et Montpellier, La Roque d’Anthéron, Serres d’Auteuil, Festival de l’Epau, Rencontres Internationales F. Chopin, Festival Agora et à l’étranger : Festivals Arties en Inde et Cervantino au Mexique.

Il collabore régulièrement avec le Palazzetto Bru Zane. La saison dernière, dans le cadre de leur programmation, il était notamment à Rome, Paris et Venise.

Pianiste recherché en tant que chambriste pour son écoute, sa sensibilité et sa large connaissance du répertoire allant de la sonate au grandes formations, il se produit avec des artistes tels que le Quatuor Ebène, Sarah Nemtanu, Henri Demarquette, le Berliner Philharmoniker Quintett, le quaturo Diotima.

Cette saison (12.13), il enregistre le Premier concerto pour piano de Marie Jaëll avec l’Orchestre National de Lille dirigé par J. Swensen – qu’ils avaient (re)créé ensemble en juin 2012 dans le cadre du Lille Piano(s) Festival -, il est invité à venir jouer, Salle Pleyel à Paris, à Leipzig, à Toulouse avec l’Orchestre National du Capitole dirigé par Tugan Sokhiev, avec le Qatar Philharmonic Orchestra sous la direction de Marc Minkowski.

Durant la saison 2013/2014, il sera notamment l’invité du festival Piano aux Jacobins, de l’Orchestre de Paris (dirigé par Ingo Metzmacher), de l’Orchestre National de Lyon (Leonard Slatkin), de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse (Alain Altinoglu), de l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine (Fabien Gabel), en tournée avec l’Orchestre National d’Ile de France (Tada

aki Otaka).

Son premier disque enregistré à Londres, chez Claudio Records, est consacré à Brahms.

Il a ensuite enregistré un disque Ravel chez Audite, qui a reçu les éloges de la critique française et internationale.

Musicien éclectique, Romain Descharmes fait partie du groupe Quai n°5 avec lequel il a enregistré 2 albums chez Decca-Universal et s’est produit sur les plus grandes salles parisiennes (Le Bat

aclan, La Cigale, L’Européen, le Café de la Danse).

Après avoir étudié au CNSMDP où il obtient, avec des mentions très bien, 4 Prix et Diplômes de Formation Supérieure (piano, musique de chambre, accompagnement au piano et accompagnement vocal) notamment dans les classes de Jacques Rouvier, Bruno Rigutto, Christian Ivaldi, il poursuit sa formation en cycle de perfectionnement. Dans ce cadre, il enregistre un CD consacré aux compositeurs du début du XXème siècle qui l’amène à recevoir les conseils de Pierre Boulez.

Parallèlement très investi dans la pédagogie et la transmission, il est professeur de piano au CRR de Paris.

———————————————-

 

Pierre Fouchenneret

Pierre Fouchenneret, qui compte parmi les artistes associés de la Fondation Singer Polignac, a pu jouir dès son plus jeune âge d’une très forte reconnaissance. Ainsi dès ses 12 ans il obtient le premier prix de violon au CNR de Nice, à 16 le premier prix de violon et de musique de chambre au CNSM de Paris et il sera lauréat Natixis, et du Grand Prix du Concours International de musique de chambre de Bordeaux.

Fort des enseignements d’exception dont il a bénéficié auprès d’Alain Babouchian au CNR de Nice, d’Olivier Charlier au CNSM de Paris et de Devy Erlih, Pierre Fouchenneret, dans un désir de transmission, est devenu à son tour professeur intervenant au Pôle supérieur de Bordeaux.
Cette reconnaissance lui donne également le plaisir de collaborer avec les musiciens les plus doués de sa génération et de se produire sur les plus grandes scènes nationales et internationales. C’est ainsi qu’il fonde en 2013 le quatuor Strada, avec François Salque, Sarah Nemtanu, et Lise Berthaud.

Sa virtuosité, “son jeu intense, précis et coloré” (Classica) et sa fougue sont aussi reconnus par des orchestres français et internationaux tels ceux de Bordeaux Aquitaine, de Dijon, du philharmonique de Nice, de Brno, du Baltic de Saint Petersbourg. Passionné de musique de chambre, il est également le violoniste du trio à cordes 71 en compagnie d’Eric Picard et de Nicolas Bone.

Parallèlement à sa carrière de soliste et de chambriste, son premier disque consacré aux trios de Mendelssohn sort en 2007. Il sera suivi d’une série de disques tous plébiscités par la critique. Ainsi il obtient le Choc Classica pour un disque consacré au compositeur français George Louis Onslow. En 2015, il ne sort pas moins de trois opus. Le premier, est dédié au quatuor avec piano n°3 opus 3 de Mendelssohn. Dans le second, “Bohème”, il interprète la chaconne de Bach, le duo de Kodaly avec François Salque, et la deuxième sonate de Bartok pour violon et piano avec Romain Descharmes. Enfin pour le troisième, de nouveau au côté de Romain Descharmes, il grave l’intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven. Animé par sa passion dévorante pour ce compositeur, il approfondit son travail, et sort début 2016, un disque consacré à ses deux derniers quatuors. L’année 2016 sera marquée par de nombreux projets dont l’enregistrement de l’intégrale de la musique pour violon de Fauré. En 2017 il débutera un cycle d’intégrale de la musique de chambre de Brahms aux côtés d’Eric Lesage.

Le travail effectué par Pierre Fouchenneret, que l’on peut notamment découvrir au travers de ses différents enregistrements, témoigne de sa quête perpétuelle d’une esthétique pure et sans affect, mais aussi de son profond amour et respect du texte.

Magistral en scène, Pierre Fouchenneret sait prendre des risques et surprendre son auditoire : “Il suffisait d’entendre la qualité du silence d’un public saisi […] Bouleversant est le mot qui courait sur les lèvres des mélomanes, en état de choc” ; “Le public, venu nombreux, fut bien conscient du privilège d’assister à un concert rare.” (Ouest France).

 

Pin It on Pinterest

Partager

Partager avec vos amis